DAMES DE FUMEE / DAUNAS DE HUM

FaNTAisie A DEUx PeRSOnNAGeS PoUr AppRIVOiSer le VAUdOU BEARnAIS

QUI SONT- ELLES ?

Marie-Noël Bordenave / Jeu et chant

Elle garde de ses débuts à La petite compagnie (Pau) le goût pour des textes non destinés au théâtre (Aragon, Duras, Tournier) et le souhait de toucher un public dit «non-averti ».

A Paris, après un stage au Théâtre du Soleil, elle rencontre Habib Naghmouchi et Mas Soegeng. Avec eux elle découvre le jeu masqué et développe l’improvisation chantée pour accompagner les acteurs. Dès lors, le chant et le travail corporel seront indissociables de son parcours de comédienne :

pour Michel Bruzat, Théâtre de la Passerelle à Limoges, dans On achève bien les chevaux,

pour Gilles Nicolas, dans Nombril rose, création autour de Rimbaud, donnée au Lavoir Moderne Parisien,

pour Jean-paul Sermadiras, dans L’absent, 5 monologues d’auteurs contemporains, prix fondation Beaumarchais.

Elle s’est investie dans un projet pédagogique autour de la parole des aborigènes d’Australie : Le chant du désert, avec K’ien K’ien Compagnie à Paris et Toulouse.

Actuellement, elle travaille avec Seghir Mahommedi pour les 7 contre Thébes d’Eschyle.

Et aussi avec la Compagnie La fée des champs, pour Bruissement d’elles, à l’intention des tout-petits.

Avec Dames de fumée elle poursuit le compagnonnage commencé dès l’adolescence avec sa comparse, Marie-Hélène Peyresaubes.

Marie-Noêl a travaillé le chant avec Geneviève Rex et Evelyne Causse.

Marie-Hélène Peyresaubes / Jeu et chant

Du Béarn en passant par la Gironde (conservatoire d’Art dramatique de Bordeaux) jusqu’en Ile-de-France (l’Atelier Andreas Voutsinas), cette grande exploratrice Sud-Ouest-Centre-Nord découvre alors le clown avec Philippe Hottier ainsi que les masques de comedia et masques balinais (Habib Naghmouchi, Mas Soegeng). Entre 1987 et 1989, elle crée avec une artiste de cirque la Compagnie Piste sur scène puis chemine ensuite avec plusieurs compagnies de théâtre à travers des spectacles tout public, alliant texte et chant :

-des lectures pour des bibliothèques, maisons d’arrêt, collèges, spectacles jeune public…Théâtre du Fauteuil, Compagnie 3m33

-des rôles dans des pièces classiques : Shakespeare, Molière, Feydau, Tchékhov avec la Cie du Matamore, le Théâtre en diagonale

-des créations contemporaines : On achève bien les chevaux avec Michel Bruzat, L’amour en toutes lettres, Le bal d’amour avec Didier Ruiz et La Cie des hommes.

Actuellement, avec Femmes de plume, collectif de femmes actrices, elle travaille sur des nouvelles d'Annie Saumont.

Avec Dames de fumée elle privilégie une recherche sur ses racines et une création collective.

Marie-Hélène pratique le chant lyrique et contemporain avec Martine Viard.

Patricia Clément / Collaboration artistique

Après un rapide passage par l’Ecole Florent, Patricia Clément suit une formation de comédienne auprès de Steve Kalfa (Atelier Blanche Salant et Paul Weaver) et de Philippe Duclos (TGP Saint-Denis).

Co-fondatrice du Théâtre en diagonale avec Philippe Labonne, elle joue avec cette compagnie Cabaret Berlioz, Le Système Ribadier, et Paroles d’hommes.

Avec le Théâtre de la Passerelle et Michel Bruzat, elle joue On achève bien les chevaux, L’amant, Le Misanthrope et Mademoiselle Julie.

Avec la Compagnie Notoire et Thierry Bédard, elle joue Eloge de l’analphabétisme, Regards premiers, et Qeskes, l’inimpossible poétique du démembrement.

Avec la Compagnie Principe Actif et Benoît Nguyen Tat elle joue Tango/Tangage. Avec la Compagnie Or-Azur et Tatiana Stepanchenko, elle joue L’affaire Elseneur ou le meurtre de Gonzague et La cuisine.

Actuellement, elle interprète le duo pour violoncellistes non tempérées, Les Mauvaises, au théâtre des Mathurins, avec Martine Thinières.

Au cinéma, elle participe à l’écriture de Jacqueline dans ma vitrine de Philippe Pollet-Villard et Marc Adjadj et co-réalise avec Stéphanie Spyras le court métrage Delphine.

La participation de Patricia Clément à la création du solo de Mylène Lormier Beau boulot Juliette!!! et sa collaboration à Dames de fumée signe son goût pour le travail de l’acteur créateur. Son choix est de privilégier l’accompagnement des artistes et la mise en valeur de ce qu’ils ont à partager.